bulletin de nouvelles

Namibia to licence production near Okavango Delta if Canadian firm finds oil

La Namibie autorisera la production près du delta de l’Okavango si une entreprise canadienne trouve du pétrole

Par Wendell Roelf

LE CAP, 10 novembre (Reuters) – La Namibie a l’intention d’accorder une licence de production de 25 ans à la compagnie canadien ReconAfrica si elle trouve du pétrole près du delta de l’Okavango, a déclaré le ministre de l’Énergie Tom Alweendo, malgré les craintes que cela puisse affecter la riche biodiversité de la région.

Les commentaires d’Alweendo interviennent au milieu de l’opposition au projet dans le bassin de Kavango où le forage est en cours à quelque 260 km du delta vierge de l’Okavango, un site du patrimoine mondial de l’UNESCO partagé par le Botswana et la Namibie, dont les eaux se jettent dans les sables du désert du Kalahari.

En avril, ReconAfrica a déclaré que le forage initial avait confirmé un système pétrolier actif du côté de la Namibie. Cependant, le Comité du patrimoine mondial de l’UNESCO a mis en garde contre l’octroi de licences d’exploration au Botswana et en Namibie.

“A quoi bon que je permette à quelqu’un de forer puis de faire demi-tour et de dire que nous n’allons pas vous donner de licence de production ?” Alweendo a déclaré à Reuters mardi en marge d’une conférence sur l’énergie africaine au Cap.

“De toute évidence, nous avons l’intention d’accorder la licence de production s’ils trouvent le pétrole”, a-t-il déclaré, ajoutant que l’entreprise devait suivre les lois environnementales requises.

ReconAfrica n’a pas immédiatement répondu aux questions envoyées mardi et mercredi. Il a déclaré précédemment qu’il respecterait strictement les réglementations, sans forage dans les zones écologiquement sensibles et un engagement à protéger les écosystèmes locaux.

Le delta de l’Okavango est l’une des très rares grandes zones de delta fluvial qui ne se jette pas dans la mer. Il est alimenté par les crues annuelles de la rivière Okavango, faisant de la zone humide une importante voie de dispersion pour les éléphants et autres animaux sauvages.

Tout en reconnaissant que le territoire sous licence se trouvait en dehors de la bande territoriale et de sa zone tampon, l’UNESCO a fait part de ses préoccupations concernant tout déversement ou pollution potentiel. L’association de la communauté forestière de l’est du Kavango ainsi que l’association régionale l’ouest pour la conservation ont également demandé plus de consultations avec les communautés locales.

ReconAfrica, une société junior d’exploration pétrolière et gazière, détient des licences pour environ 8,5 millions d’acres contigus à explorer pour le pétrole et le gaz dans le nord-est de la Namibie ainsi que dans le Botswana voisin. (Reportage de Wendell Roelf au Cap ; Reportage supplémentaire de Nyasha Nyaungwa à Windhoek ; Montage par Promit Mukherjee et Alison Williams)

LIENS

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.