bulletin de nouvelles

Mettre fin aux inégalités. Mettre fin au sida. Mettre fin aux pandémies.

Montréal le 1er décembre 2021 -Communiqué de presse-

Tel est le thème du 1er décembre 2021 qui ramène la commémoration de la Journée mondiale contre le SIDA. À cette occasion GAP-VIES tient à partager avec vous la réflexion de l’ONUSIDA pour la circonstance :

« Cette année, lors de la Journée mondiale de lutte contre le sida, l’ONUSIDA met l’accent sur l’éradication urgente des inégalités qui alimentent l’épidémie de sida et d’autres pandémies dans le monde.

Sans actions audacieuses contre les inégalités, le monde risque de manquer les cibles pour mettre fin au sida d’ici 2030, un enlisement de la pandémie de COVID-19, ainsi qu’une crise sociale et économique hors de contrôle.

La menace du VIH plane toujours sur l’humanité 40 ans après le signalement des premiers cas de sida. Aujourd’hui, l’engagement de mettre fin au sida à l’horizon 2030 est en retard. Ce retard n’est pas imputable à un manque de connaissances ou d’outils pour vaincre le sida, mais à des inégalités structurelles qui entravent les solutions efficaces de prévention et de traitement du VIH.

Les inégalités économiques, sociales, culturelles et juridiques doivent prendre fin de toute urgence si nous voulons éradiquer le sida d’ici 2030. »

La pandémie de la COVID-19 a mis en relief ces inégalités et ces disparités au sein des différentes populations touchées par le virus SRAS-CoV2. Ce constat a, une fois de plus, permis de désigner des populations vulnérables qui sont identiques à celles affectées par le VIH/SIDA. Il a permis de déduire que la fin de toutes les pandémies présentes et futures ne sera possible que si nous réduisons ces inégalités. Plus que jamais, Il faut se rendre à l’évidence que les citoyens de tous les pays sont interdépendants. Nous devons prendre soin les uns et des autres en tenant compte de nos caractéristiques culturelles, sociales, économiques spécifiques.

Les québécois provenant d’un pays où le VIH est endémique font partie des populations vulnérables dont l’amélioration des déterminants sociaux de la santé fera toute la différence dans leur prise en charge dans leur lutte non seulement contre le VIH/SIDA mais aussi contre toutes les pandémies présentes et futures.

Source : GAP-VIES, un organisme au service de sa mission et de sa communauté, 3330 rue Jarry Est, Montréal, (Québec), H1Z 2E8.

Pour de plus amples informations n’hésitez pas à nous appeler au 514-722-5655. http://gapvies.ca/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.