bulletin de nouvelles Communiqué de presse

Lancement du disque de Djély Tapa, la griote des temps modernes

Les Productions Nuits d’Afrique à l’année présentent l’artiste Djely Tapa (Mali-Qc) en concert le 18 janvier prochain à 21h au Ministère situé au 4521 Boulevard St-Laurent à 21h00 pour le lancement de son premier album solo BAROKAN, produit et réalisé par Caleb Rimtobaye (AfrotroniX, H’Sao). Disque sous label Nuits d’Afrique, distribué par Sélect.
Réserver vos billets : 514 666 2326

La voix puissante, le débit incandescent, le geste élégant, Djely Tapa est une vocaliste racée qui a toujours baigné dans la musique et les arts. Descendante d’une lignée d’illustres griots, Djely Tapa est également la fille de Kandia Kouyate, une des plus grandes cantatrices du Mali. Arrivée au Canada, il y a 14 ans, l’artiste anime la scène avec un style musical oscillant entre le blues, l’électro et des ambiances sahéliennes. Son parcours est marqué par de nombreuses collaborations: Les Griots de Montréal, Afrikana Soul Sister, Cirque Kalabanté, Robert Lépine ou encore Djelygroove.

Djely Tapa a toujours eu à cœur de faire évoluer sa musique sans lui donner de limite. Avec ce premier album solo intitulé BAROKAN, elle prend une nouvelle direction musicale inspirée par l’afrofuturisme et rend un hommage retentissant à la femme et l’africanité. Entièrement écrit par Djely Tapa, ce premier opus est également le fruit d’une collaboration avec Caleb Rimtobaye à titre de compositeur, arrangeur et producteur. Djely Tapa comme AfrotroniX (Prix du Meilleur DJ – AFRIMA Awards 2018) souhaitent partager une image positive de l’Afrique, riche, créative… une source d’inspiration inépuisable pour le monde entier.

Dés aujourd’hui, le public aura le plaisir de découvrir son premier single et son premier clip du même nom que l’album : BAROKAN. Cette chanson évoque la liberté, le courage et la force de la femme africaine. « Tout ce qui se passe sur cette terre advient par la femme » affirme la chanteuse, qui dans son nouveau clip met en scène la princesse Peule-Bororo, Hawa, symbole de l’émancipation féminine. Car chez les Bororos, ce sont les hommes qui paradent devant les femmes pour être choisis. Avec ses mélodies envoûtantes, interprétées en malinké, bambara et khassonké, Djely Tapa réalise avec BAROKAN, un parfait équilibre entre traditions sahéliennes, blues et touches électroniques.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *